L'HISTOIRE DE LA COUPE DAVIS
 

 

Dwight Filley DAVIS, fondateur de la Coupe Davis

Les premiers pas...

       Au printemps 1899, 3 étudiants d’Harvad (États-Unis), Dwight Filley Davis, Holcome Ward, et Malcon Whitman, effectuent une tournée sur la côte ouest des États-Unis afin de promouvoir un sport nouveau : le tennis. A l'époque, le tennis était loin d'être connu du grand public.

      C’est durant cette tournée que Dwight Filley Davis, 21 ans (cf. photo ci-dessus), a l’idée de créer une compétition internationale entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, mettant en jeu une coupe (cliquez ici pour connaître son histoire) qui se propose de financer lui-même. La rencontre se déroulerait sur le principe suivante : 5 matchs dont 4 simples et 1 double. Le vainqueur reçoit a domicile son adversaire l'année suivante. 

    Aussitôt, le jeune étudiant expose son idée au Docteur James Dwight, fondateur de la fédération américaine de tennis en 1878. Ce dernier la trouve excellente et la propose, le 16 janvier 1900, aux britanniques qui répondent positivement au défi. La coupe Davis est née !

        Le mercredi 7 août 1900, les courts en gazon du Longwood Crickert Club de Boston accueillent la première rencontre de Coupe Davis. Les Britanniques affrontent les États-Unis.  L’équipe de la Grande-Bretagne se compose de Arthur Gore (32 ans) Edmund Black (27 ans) et Herbert Roper Barret (26 ans) Les frères Doherthy qui sont à l’époque les maîtres du tennis Outre Manche, sont dans l’impossibilité de faire le voyage à Boston. Quant aux États-Unis, ils sont représentés par les 3 étudiants : Dwight Filley Davis, Holcome Ward, 23 ans, et Malcon Whitman, 21 ans.

La rencontre est gagné par les États-Unis sur le score de 5/0.
Mais, les Britanniques sont mécontents du terrain.    Le  gazon, haut et gras, n’était pas coupé à leur façon. De plus, il ne sont pas convaincus de l’intérêt de cette nouvelle forme  de compétition. Dans ces conditions, la Coupe Davis n’a pas lieu l’année suivante.

La Coupe Davis voyage


Il faut attendre 1902 pour revoir le Saladier d’Argent (nom courant du trophée de la Coupe Davis). Une nouvelle rencontre entre les États-Unis et la Grande-Bretagne est organisée à New York. Les Américains remportent de nouveau. Ce n’est que l’année suivante que les Anglais (avec les frères Doherty cette fois-ci) s’imposent face aux États-Unis. A noter que la rencontre de 1903 se passe à Boston, sur le même terrain qu’il y a trois ans. Cette fois-ci, le gazon a été tondu "à l’anglaise". 
      Le Saladier d’Argent quitte, ainsi, pour la première fois son pays d’origine. 

      En 1904, la Coupe Davis accueille trois nouveaux pays : la France, la Belgique et l’Australasie. Mais, cette année là, Les États-Unis sont absents de la compétition car les rencontres ont lieu en Grande-Bretagne (trop loin ?). En 1905, la Coupe Davis compte 5 pays, les Américains étant de retour.

eh oui !!!! c'est une balle...

Les mousquetaires vs Bill Tilden

       La Coupe Davis reprend en 1920. L’Allemagne et la Belgique ne sont plus de la partie. La même année, la Hollande et l’Afrique du sud rejoignent la compétition. A noter qu’en 1921, le Japon participe pour la première fois ; ce qui amène le nombre de participants à 12. En 1923, on invente un système de Zone (Zone européenne et Zone américaine) afin d'éviter les déplacements intempestifs. Ce système amène de nouveaux participants. L'année suivante, 23 nations s'affrontent. 

        Grâce à l’américain Bill Tilden, les États-Unis vont garder le saladier d’argent pendant 7 années consécutives ! Tilden devient ainsi le premier très grand joueur de l’histoire de la Coupe Davis. Il disputera 11 finales de Coupe Davis et permet, à son pays, de détenir le record du plus grand nombre de victoires consécutives.

        Le règne américain s’arrêtera en 1927 où, pour la première fois, la Coupe Davis est remportée par la... France. Après deux finales perdues en 1925 et 1926, la France domine (enfin) l’équipe de Bill Tilden sur le score de 3/2.

1927 : Henri Lacoste (à gauche) affronte Bill Tilden (à droite)

L’équipe française est composée de Jacques Brugnon, Jean Borotra, Henri Cochet et Renée Lacoste. Ces 4 joueurs forment les célèbres Mousquetaires qui ont dominé le tennis mondial pendant prés de 6 ans (1927-1933) : 12 tournois du  Grand Chelem remportés et 6 victoires consécutives en Coupe Davis.
 
                                                                                  

         Sans les Mousquetaires, le tennis français n’aurait pas la place qu’il occupe aujourd’hui, dans le tennis mondial, et notamment dans l’organisation d’un des tournois du Grand Chelem. C’est en l’honneur des Mousquetaires que le stade Roland Garros fut construit en 1928.

        En 1933, la France perd la Coupe Davis face aux anglais. Le britannique Fred Perry permet à son pays de garder le saladier d’argent jusqu’en 1936.

 

Hopman et sa "dream" équipe

           Après une interruption de la Coupe Davis entre 1940-1945, les Australiens renouent avec le succès en 1950. Cette  année-là, l’Australie présente une "dream" équipe dirigée par Harry Hopman ("le sorcier"), un des plus grands capitaines de Coupe Davis. A ses côtés, Ken Rossewall (8 tournois du Grand Chelem), Lew Hoad (4 tournois du Grand Chelem), Roy Emmerson (11 tournois du Grand Chelem), Rod Laver (11 tournois du Grand Chelem) John Newcombe, Neale Fraser,...

        Entre 1950 et 1967, l’équipe australienne remporte 15 fois la Coupe Davis !

        Les États-Unis est l’unique rival de l’Australie avec ses victoires en 1954, 1958 et 1963. La domination australienne  prend fin en 1968 face aux américains.

        En 1968, la Coupe Davis rassemble plus dizaine de pays dont l’Espagne, la Roumanie, l’Italie, le Mexique, La Chine,...

 

1972-1981 : la révolution de la Coupe Davis

        En 1972, la Coupe Davis est en crise. Sa formule est contestée et certains des meilleurs joueurs de veulent plus participer  à l’épreuve. Jusqu’à présent, la Coupe Davis fonctionné sur le principe du "Challenge Round". Le pays vainqueur était automatiquement qualifié pour la finale l’année suivante. De cette façon, seuls 4 pays (les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Australie) avaient remporté l’épreuve depuis 1900. De plus, la Coupe Davis est pour les joueurs un manque à gagner. Depuis sa création, l’épreuve n’offre aucune récompenses financières.

        Dans ces conditions, la Fédération internationale de tennis (FIT) décide de supprimer le Challenge Round en 1972. Le nombre de pays vainqueur de la Coupe Davis va, de cette façon, plus que doublé. En 1974, l’Afrique du Sud devient la  cinquième nation à gagner la Coupe Davis (face à l’Inde qui déclare forfait en réaction  de l’apartheid). L’année suivante, c’est au tour de la Suède de rejoindre les vainqueurs de la Coupe Davis. En 1976, l’Italie connaît la même joie.

        En 1981, la Coupe Davis rencontre (enfin) son premier sponsor financier : NEC, la célèbre firme japonaise spécialisée  dans la télécommunication et l’équipement électronique.  

        Ce parrainage va permettre d’une part de récompenser financièrement les joueurs de la Coupe Davis, et d’autre part, de donner de nouvelles dimensions géographiques à l’épreuve. En effet, en 1981, on réorganise la compétition en créant des "divisions" (sur le modèle du football). Un groupe mondial composé de 16 pays forme "la première division" où les équipes s’affrontent afin de remporter la Coupe Davis. Les "autres divisions" (Groupe 1, Groupe II, Groupe III,...) rassemblent le reste des pays participants. Pour eux, le but est d’accéder au Groupe Mondial et peut-être au Saladier d’Argent...

    Cette série de restructuration permet à la Coupe Davis de retrouver la santé. Mais, pour beaucoup, c’est le joueur américain, John McEnroe qui a sauvé la Coupe Davis à la fin des années 70. En répondant toujours présent à l’appel, John McEnroe (n°1 mondial à l'époque) a démontré que la Coupe Davis ne mérite pas d’être "boudé" par les meilleurs joueurs mondiaux. Il a remporté  5 fois la Coupe Davis. Depuis, John McEnroe a été capitaine de l’équipe américaine.

Finale Coupe Davis 1999 : Australie vs France

Le centenaire de la Coupe Davis

        En 1981, la Coupe Davis compte plusieurs dizaines de pays (grâce au système des "divisions"). Depuis, le palmarès de l’épreuve s’est élargie.

        Les années 80 et 90 sont dominées par La Suède, l’Allemagne, l’Australie et les États-Unis. En 1991 et 1996, la France renoue avec le succès. L’équipe française menée par Yannick Noah revient, ainsi, au plus haut niveau, 57 ans après les Mousquetaires.

        En 2000, la Coupe Davis a fêté ses 100 ans d’existence. Aujourd’hui, 129 pays participent à cette épreuve par équipes, alors qu’en 1900, on comptait seulement 2 pays. Aujourd’hui, la Coupe Davis est une des plus grandes compétitions du tennis mondial.

"Elle cultive plus que d’autre le suspense, l’émotion et le drame. Le fait de représenter leur pays sublime souvent les joueurs qui se montrent alors capables d’exploits majeurs" (Auteur inconnu)